Le département de Seine et Marne est un département français de la région Île-de-France. Il tire son nom du fleuve Seine et de la rivière Marne. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 77. Sa population est de 1 324 865 habitants.


Le département de Seine-et-Marne fait partie de la région Île-de-France, dont il constitue la moitié orientale. Sa superficie représente à elle seule 49 % de celle de la région.
Il s'agit du département français comptant le plus de « voisins » (départements limitrophes) : 10 (devant le Maine-et-Loire qui en compte 8). Les dix départements ayant des limites communes avec la Seine-et-Marne sont : le Val-d'Oise, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et l'Essonne à l'ouest, le Loiret et l'Yonne au sud, l'Aube et la Marne à l'est, l'Aisne et l'Oise au nord.

Le département s'étend sur plusieurs régions naturelles, notamment la Brie et le Gâtinais.


La butte Saint-Georges est située sur la commune de Verdelot et est le point culminant de la Seine-et-Marne avec ses 215,6 mètres de haut.




im1574.jpg
LA SEINE ET MARNE

Noisy le Grand Architecture de Ricardo Bofill

Image29.jpg

Le pont d'Ivry de Maurice Boitel

Image28.jpg
Image27.jpg
Image25.jpg
Image26.jpg
Image31.jpg

Benvenuto Cellini

ffff.jpg
Préfecture : Melun
 
Sous-préfectures :
Fontainebleau
Meaux
Provins
Torcy

 

Son histoire 

Préhistoire et Moyen-Age :

-Des chasseurs de rennes aux marchands de Provins :

L'histoire des hommes en Seine-et-Marne connaît un premier événement datable, il y a 10 000 ans : il s'agit d'un campement de chasseurs de rennes découvert en 1964 au Pincevent à Montereau-Fault-Yonne.Aujourd'hui site mondial de l'archéologie préhistorique. Il fut le premier dont les archéologues, ont pu tirer un moule en latex.

Durant la période gallo-romaine, des villes comme Meaux (Meldès) et Melun (Melodunum), bien situées sur les berges des fleuves, connurent l'essor apporté par les voies de communication tracées par Rome. Des temples votifs, des villas et des murs d'enceinte (la Bauve près de Meaux) s'y élevaient. 

Au Moyen- Age, des cités voisines se sont développées sur d'autres critères. Il s'agit de Lagny , Château-Landon et Provins, dont le rayonnement marchand s'étendait bien au-delà de nos frontières. Dans les campagnes les seigneurs dressaient des châteaux tandis que les riches laboureurs protégeaient leurs récoltes derrière les murs de leurs fermes fortifiées.
 
-De la Renaissance au Grand Siècle :

De François Ier à Louis XIV, un peu plus de 200 ans suffisent à façonner un nouveau territoire à partir de la Brie et de la Gâtine médiévales. Cette "province", tellement riche du beau blé qui y pousse et amène à l'époque une prospérité sans égale, devient vite une terre de Seigneurs et de Courtisans.

La Brie, du fait de sa position aux portes orientales de Paris, grâce à ses immenses forêts giboyeuses et à la prospérité de ses fermages, devient une terre de châteaux et de palais. De bout en bout de cette ère nouvelle, Fontainebleau et Vaux-le-Vicomte suffisent à témoigner des évolutions artistiques, architecturales et historiques qui surviennent dans ce pays.

L'ancien château de Louis VII le Jeune (XIIème siècle), devient, sous l'influence des artistes italiens ramenés par François Ier de ses campagnes incertaines, un fleuron de la Renaissance en France.

Ce style forge progressivement un "Classicisme à la Française" dont Vaux-le-Vicomte devient finalement un autre symbole. A Fontainebleau, le Primatice puis Philibert Delorme ouvrent la voie des Chambord et autres trésors de Touraine. A Vaux-le-Vicomte, Le Vau, Le Brun et Le Nôtre inventent Versailles et ses jardins savants. Ces épures successives feront florès dans l'Europe entière
 

-Des fracas de la Révolution française :

La Seine-et-Marne ne fut pas épargnée par la Révolution française. Villes et villages de la Brie se soulevèrent contre les représentants du pouvoir monarchique. Mais, la campagne resta plutôt calme, observant ce qui se passait, là-bas, très loin, à Paris et Versailles.

C'est malgré tout en cette période révolutionnaire que naquît officiellement le département qui, en raison de l'empreinte des deux fleuves qui l'arrosent, pris le nom de "Seine-et-Marne". On pense alors implanter la préfecture à Rozay-en-Brie, son centre.

De ce siècle des Lumières, la Seine-et-Marne a gardé le souvenir d'hôtes éminents, tels Voltaire, Laplace ou La Fayette, dont le château majestueux s'élève toujours à Courpalay. On peut également citer Dupont de Nemours, devenu célèbre durant la fameuse nuit du 4 août 1789 où furent mis à bas les privilèges. N'oublions pas non plus le bourreau de Paris, Samson, qui trancha la tête de Louis XVI et de quelques autres en place de Grève. Son logis est toujours visible à Brie-Comte-Robert.

La Révolution se prolonge et s'achève avec l'Empire qui, à Fontainebleau, Montereau et dans la plaine de Mormant, redonna à la Seine-et-Marne une grande place historique.
 
-De la révolution industrielle aux guerres mondiales :

La période moderne de l'histoire de la Seine-et-Marne commence au milieu du XIXème siècle avec la Révolution Industrielle. C'est l'époque où, modestement, le département commence à s'arracher au destin agricole qui a fait sa fortune depuis le Moyen Age.

Cette mutation très lente ne concerne que le nord du département et, de façon plus ponctuelle, les berges de ses deux fleuves et des canaux qui depuis toujours sont pour lui des axes de vie et de développement. Pour la Seine-et-Marne, il s'agit d'une mutation en douceur qui ne remodèle alors qu'une toute petite portion de son territoire. Jamais la Seine-et-Marne ne se laisse massivement industrialiser, ce qui explique qu'elle soit parvenue jusqu'à nous en véritable "poumon vert" de l'Ile-de-France.

Au cours du XXème siècle, le département est également le théâtre de deux épisodes militaires majeurs lors des deux guerres mondiales successives. C'est en Seine-et-Marne qu'en septembre 1914 débute la Bataille de la Marne qui, aux portes de Paris permet d'inverser le cours du conflit. 30 ans plus tard, la percée libératrice de Patton précipite la libération de Paris. La réputation venue du fond des âges - des champs de blé et des champs de bataille - se vérifie une fois de plus.




Son économie 

La Seine-et-Marne se singularise en Île-de-France avec 335 000 ha soit 56 % de son territoire affecté à l'agriculture.

L'industrie emploie plus de 50 000 salariés sur le département, notamment dans l'industrie du verre (au sud), mais aussi dans l'agro-alimentaire, les industries chimiques (fabrication d'engrais entre autres), l'imprimerie et l'édition de journaux, tandis qu'existe sur Melun le centre de recherche de la Snecma qui occupe près de 4 000 salariés et constitue la plus importante unité industrielle du département. Cependant, le département, de par sa position géographique (placé sur le réseau TGV avec une connexion à Marne-la-Vallée, traversé par plusieurs autoroutes, proximité de l'aéroport de Roissy - Charles de Gaulle) dispose également d'une importante activité logistique et de transport. Ce secteur emploie près de 23 000 salariés, soit plus de 7 % des effectifs salariés du secteur privé.

Enfin, le développement des deux villes nouvelles a favorisé l'émergence de pôles tertiaires en devenir tandis que le tourisme dispose de solides arguments avec de nombreux sites remarquables et un bon parc hôtelier, notamment sur le site Disneyland Paris. Avec plus de 13 000 salariés, le parc d'attractions à vocation internationale est en effet le principal vecteur d'emplois du département.


 

Le département possède de nombreux sites touristiques dont les principaux sont :

  • Cathédrale de Meaux

  • Château de Fontainebleau

  • Château de Vaux-le-Vicomte

  • Château de Champs-sur-Marne

  • Château de Ferrières-en-Brie

  • Château-Landon, capitale historique des comtes du Gâtinais

  • Cité médiévale de Provins

  • Château-fort de Blandy-les-Tours - xiiie siècle, refortifié au xive siècle, classé monument historique en 1889

  • Commanderie des Templiers à Coulommiers

  • Cryptes de Jouarre

  • Halle du xvie siècle d'Égreville

  • Le village de Barbizon

  • Forêt de Fontainebleau

  • Disneyland Paris

  • Site archéologique de Châteaubleau

  • La ville médiévale et Renaissance de Moret-sur-Loing

  • Nemours

  • Château de Brie Comte Robert

  • Parc des Félins à Lumigny-Nesles-Ormeaux

  • Ozoir-la-Ferrière : Ferme Pereire (second empire)

  • La Ferté-Gaucher : Vélo-Rail du Val du Haut Morin
















ARTISTES CELEBRES 



Architectes

  • François Mansart

  • Ricardo Bofill

  • Eugène Freyssinet




Peintres

  • Peintres de l'École de Barbizon

  • Maurice Boitel, Grand Prix du conseil général,

  • Louis Vuillermoz

  • Daniel du Janerand

  • Alfred Sisley

  • Rosa Bonheur




Sculpteurs

  • Benvenuto Cellini

  • François-Xavier Lalanne

  • Mélanie Quentin




Autres
Louis Braille qui inventa l'alphabet du même nom et dont on peut visiter la maison à Coupvray.














Cinéma : Liste de films tournés en SEINE ET MARNE

  • Annet-sur-Marne

1952 : Casque d'or de Jacques Becker

  • Brie-Comte-Robert

  • 1981 : La Soupe aux choux de Jean Girault

  • 1973 : Mais où est donc passée la septième compagnie ? de Robert Lamoureux

  • Cannes-Ecluse

  • 2005 : Le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois

  • Champs sur Marne

  • 2000 : Taxi 2 de Gérard Krawczyk
  • 1988 : Les liaisons dangereuses de Stephen Frears
  • 2003 : Mais, qui a tué Pamela Rose ? d'Éric Lartigau

  • 2006 : Marie-Antoinette de Sofia Coppola

  • Chelles
  • 1936 : La Belle Équipe de Julien Duvivier
  • Combs la Ville
  • 2000 : Nationale 7 de Jean-Pierre Sinapi
  • Compans
  • 1987: une  partie des Keufs avec Balasko 

  • sur le talus du pont de laD212 (le bureau de l’atelier d’Olivier avait été prêté pour la régie).

  • Coulommiers

  • 1960 : Le Capitan de André Hunebelle
  • 1995 : Les Misérables de Claude Lelouch
  • Coutevroult
  • 1995 : Les Anges gardiens de Jean-Marie Poiré
  • Ferrières-en-Brie

  • 1983 : Papy fait de la résistance de Jean-Marie Poiré
  • 1998 : La Neuvième Porte de Roman Polanski
  • Fleury-en-Bière

  • 2001 : Le Roman d'automne de Benjamin Weill

  • 1961 : Les Trois Mousquetaires : la vengeance de Milady de Bernard Borderie


  • Fontainebleau

  • 1989 : Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau
  • 1997 : L'homme au masque de fer de Randall Wallace
  • 1998 : Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi
  • Fontenay Trésigny
  • 1961 : Le Capitaine Fracasse de Pierre Gaspard-Huit
  • Meaux

  • 1938 : Les Disparus de Saint-Agil de Christian-Jacque 
  • 1969 : La Bande à Bonnot de Philippe Fourastié
  • 1973 : Deux hommes dans la ville de José Giovanni
  • Vaux-le-Vicomte 
  • 1971 : La Folie des grandeurs de Gérard Oury


LOUIS BRAILLE.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com